Imprimer cet article Imprimer cet article

Quizz sur Chavouot

quizz-chavouot

Temps estimé pour la lecture de cet article : 11 min

בס''ד

Questions- Réponses

Les décisions du R.O.Y (Rav Ovadia Yossef chalita )

1. Pourquoi cette fête s’appelle-t-elle la fête de Chavouot, la fête des semaines ?

La fête de Chavouot tombe le 6 Sivan après le compte du Omer qui dure 49 jours, soit sept semaines, et nos Sages ont expliqué pourquoi la fête de Chavouot  est–elle dépendante du compte du Omer, ce qui n’est pas le cas pour les autres fêtes, car nos ancêtres en Egypte ont reçu la nouvelle de la sortie d’Egypte en même temps que celle du don de la Torah qui devait avoir lieu 50 jours après la sortie d’Egypte.

On trouve d’ailleurs une allusion dans le mot תעבדון qui comporte un “noun’’ supplémentaire en fin de mot ayant pour valeur numérique 50. Après leur libération de l’esclavage, nos ancêtres comptèrent jour après jour manifestant ainsi leur impatience de recevoir la Torah[1].

2. Pourquoi a-t-on l’usage de décorer la synagogue de fleurs et de plantes a l’occasion de la fête de Chavouot ?

L’usage provient d’un enseignement de nos Sages (Talmud Chabbat 88b) qui nous relate le don de la Torah. « Chaque parole qui émanait de D.ieu embaumait le monde entier de parfums comme il est dit :… (Cantiques des Cantiques 5,13).

D’autre part, le Talmud Roch Hachana 16a nous enseigne que la fête de Chavouot représente le jour du jugement des arbres fruitiers[2].

3.  Doit-on allumer les lumières en l’honneur de Yom Tov ?

C’est une mitsva d’allumer les lumières en l’honneur de Yom Tov[3].

  • Si le soir de fête tombe un jour de semaine, il faut réciter la bénédiction suivante : "Baroukh …..lehadlik ner chel yomtov."
  • Si le soir de fête tombe un vendredi soir, il faut réciter la bénédiction suivante : "Baroukh …..lehadlik ner chel chabbat vechel yom tov."
4. Doit-on réciter la bénédiction שהחיינו   en allumant les lumières de Yom Tov ?

A priori, les femmes qui allument devront s’abstenir de réciter cette bénédiction au moment de l’allumage, mais devront s’en rendre quittes lors du kiddouch.

Cependant, on ne doit pas s’opposer avec force, contre celles qui ont l’usage de la réciter au moment de l’allumage des lumières de Yom Tov. Par contre, elles devront le faire après avoir allumé une lumière au moins. Dans ce dernier cas, elles ne devront pas répondre « amen » lorsqu’elles écouteront la récitation de cette même bénédiction pendant  le kiddouch[4].

5. Quand doit-on allumer les lumières de Yom Tov ?
  • Si la fête tombe un soir de semaine ou un vendredi soir, il est d’usage d’allumer les lumières de Yom Tov vingt minutes avant le coucher du soleil, comme tous les vendredis en l’honneur du Chabbat[5].
  • Si la fête tombe un samedi soir, il faut allumer après la sortie du Chabbat, après avoir prononcé la formule : « Baroukh hamavdil ben kodech lekodech ».

Cependant les femmes qui ont l’usage de prier Arvit sont dispensées de réciter cette formule, du fait qu’elles ont déjà récité la formule de havdala entre le Chabbat et les fêtes (vatodi’énou) dans la amida.

Dans ce cas, ainsi que pour le deuxième soir de fête, on allumera à partir d’un feu déjà existant [allumer un feu nouveau étant interdit le jour de fête].

6.  Doit-on attendre la nuit pour faire le kiddouch ?

Certains décisionnaires pensent qu’il faut attendre la nuit pour que les sept semaines séparant Pessa’h de Chavouot soient entières. D’autres décisionnaires pensent que l’on peut faire le kiddouch avant la tombée de la nuit.

Dans les contrées où le coucher du soleil est tardif, et attendre la nuit peut provoquer certains désagréments, on peut adopter l’opinion de ceux qui tolèrent de faire le kiddouch, et consommer le repas avant la tombée de la nuit. Dans ce cas, il est préférable si possible, de faire le kiddouch après le coucher du soleil, et de consommer une quantité de 27 g de pain après la tombée de la nuit[6].

7. Quelles différences y a t-il entre le kiddouch normal des fêtes et le kiddouch des fêtes quand la fête tombe samedi soir ?

Le kiddouch normal se compose de trois bénédictions :

-sur le vin ou jus de raisin : ..boré péri haguefen

-sanctification de la fête:…mekadéch yisrael vehazemanim.

- שהחיינו : chéhé’hiyanou vékiyémanou vihigui’anou lazeman hazé

Le kiddouch de fête à la sortie du Chabbat se compose de cinq bénédictions (יקנהז):

  • sur le vin ou jus de raisin: "..boré péri haguefen"
  • sanctification de la fête: "..mekadéch yisrael vehazemanim."
  • sur la bougie :"..boré meoré haéch"
  • havdala: "..hamavdil ben kodech lekodech"
  • שהחיינו :" ..chéhé’hiyanou vékiyémanou vihigui’anou lazeman hazé"
8.  Y a t-il une obligation de manger du pain le jour de fête ?

Il y a une obligation de consommer du pain pendant les repas de fête, le soir et le lendemain.

Cette obligation concerne aussi les femmes[7].

9 Pourquoi a t-on l’habitude de  rester éveillés toute la nuit et d’étudier la Torah, le soir de Chavouot ?

L’usage s’est étendu dans toutes les communautés de rester éveillés le soir de Chavouot et d’étudier la Torah jusqu'à l’aube comme il est écrit dans le Zohar :

  « Les anciens hommes de piété ne dormaient pas cette   nuit et se consacraient à l’étude de la Torah et disaient :

 Octroyons pour nous et notre descendance un héritage saint dans les deux mondes »

Il est dit aussi : « Ceux qui s’adonnent cette soirée à l’étude de la Torah (tikoun) et s’en réjouissent, seront inscrits dans le livre du souvenir, et le Saint béni soit-Il les couronnera de soixante-dix bénédictions. »

Nos sages ont expliqué que les enfants d’Israël, au moment de recevoir la Torah sommeillaient. Et il fallut que D. les réveille par des coups de tonnerre et par des éclairs. En guise de réparation de cette attitude de nos ancêtres, nous restons éveillés en nous consacrant à l’étude de notre sainte Torah[8].

10.  Au cours de la veillée d’étude on propose aux fidèles des boissons tout au long de la soirée. Si entre deux consommations,il s’est écoulé plus d’une heure et demie, doit-on refaire la bénédiction ?

On pas de ne refait pas de bénédiction sauf si on sort à l’extérieur de la synagogue ou du Beth  Hamidrach.

Il est bon cependant, de penser à  se rendre quittes lors de la première bénédiction en début de soirée, de toutes les consommations  qui vont suivre[9].


[1] ‘Hazon Ovadia Yom Tov p.304

 

[2] Idem p.317

 

[3] Idem p.305

 

[4] Idem p.306

 

[5] Idem

 

[6] ‘Hazon Ovadia  Yom Tov p.305

 

[7] Idem p.307

 

[8] Idem p. 309-310

 

[9] Idem p. 311