Imprimer cet article Imprimer cet article

LOIS ET COUTUMES

Temps estimé pour la lecture de cet article : 2 min

בס''ד

La  fête de Chavouout  est caractérisée par un nombre de lois et coutumes qui la différencient des autres fêtes de pèlerinage.

Dans de nombreuses communautés traditionnelles, les fidèles restent éveillés durant la nuit de Chavouot qu’ils consacrent à l’étude de la Torah notamment au Tikoun durant lequel sont lus les premiers et derniers versets de toutes les sections hebdomadaires de la Torah et ceux des prophètes et hagiographes, ainsi que certains morceaux choisis du Zohar, et la liste des 613 mitsvot.

Certaines communautés ont l’habitude de lire le jour de fête, le livre des Psaumes conformément à la tradition selon laquelle le Roi David serait éteint le jour de Chavouot.

Dans d’autres communautés, on a l’usage de lire les azharot (enseignements oraux en forme de poèmes).

La coutume veut que l’on consomme des aliments lactés durant la fête. Elle a pour origine le fait que le jour du don de la Torah, il n’y ait pas eu assez de temps pour préparer un repas carné, chacun étant occupé à se préparer physiquement et spirituellement à recevoir la Torah.

Le livre de Ruth est intégralement lu pendant la fête. L’engagement spirituel de Ruth et sa fidélité sans faille au peuple et à la foi de Naomi, illustrent la leçon capitale de Chavouot : fête de l’indéfectible fidélité du peuple juif à la Torah reçue ce jour.