Imprimer cet article Imprimer cet article

Sé’oudat Pourim (le festin de Pourim)

festin

Temps estimé pour la lecture de cet article : 2 min

On a l'obligation de manger, de boire et de se réjouir à Pourim. Déjà, le soir du 14 Adar on se réjouira, et on consommera un repas un peu plus copieux. Si Pourim tombe à l'issue du Chabbat, bien qu'il faille prendre un troisième repas le Chabbat, on man­gera un peu moins à ce moment-là, pendant le jour, afin de pouvoir avoir faim au repas du soir de Pourim. Cependant, le repas pris le soir de Pourim ne nous dis­pense pas de notre devoir, car en prin­cipe on est tenu à faire ce repas le jour, puisqu'il est dit : « ... les jours du festin » (Esther 9,22).

1-Quelles sont les modalités de cette mitsva ?

Il est recommandé de faire avant le repas une courte étude de Torah afin que l’éclat de la Torah ne fasse pas défaut dans notre joie, comme il est dit : « Chez les juifs régnait la lumière, la joie, l’allégresse… » (Esther 8,16), « la lumière » étant celle de la Torah.

 

Le festin de Pourim, véritable repas de fête, doit avoir lieu le jour et non la nuit.

A priori il faut consommer du pain. Il faut préparer un repas à base de viande et de vin, et consommer suffisamment de vin (qui a joué un rôle essentiel dans le miracle de Pourim) jusqu'à s’enivrer et s’endormir de son ivresse. On prendra soin auparavant de prier Min’ha.

2-Les femmes ont-elles un devoir d’accomplir cette mitsva ?

Oui, au même titre que les hommes, mais elles ne consommeront qu’une petite quantité de vin.

Conclusion

Bien qu’il ne s’agisse que d’une jouissance physique, ce festin doit élever notre âme à un degré élevé.

Le Zohar explique que par le festin de Pourim nous réalisons la même sanctification de l’âme que par les mortifications du corps, le jour de Kippour (noter l’analogie entre les mots Pourim et Kippourim).

La joie que manifeste le peuple d’Israël lors de ce repas est une preuve que la faute commise par ceux qui avaient participé au festin d’Assuérus – où ils consommèrent une nourriture impure et s’enivrèrent de vin offert à l’idolâtrie – a été pardonnée par D.ieu, grâce à l’effort de techouva que Mardochée a su imposer au peuple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>