Imprimer cet article Imprimer cet article

Les Bénédictions

Temps estimé pour la lecture de cet article : 15 min

בס''ד

 

לעלוי נשמת מרן הרה''ג הרב עובדיה יוסף זצוקללהה

 

 

Introduction

 

«La terre et ce qu'elle renferme appartiennent à D.ieu.» (Psaumes 24, 1)

De même qu'il est interdit de tirer profit de tout ce qui est consacré avant son rachat et celui qui transgresserait cette loi, serait coupable de profanation, ainsi il est interdit de tirer profit de ce monde-ci sans dire de bénédiction.

La bénédiction joue le rôle de rachat. Elle confère à l'homme le droit de pouvoir utiliser tout ce que la bonté divine a mis à sa disposition.

 

 

Chapitre 1 : Généralités sur les bénédictions

 

 

1. C'est un commandement positif de la Torah de réciter une bénédiction après la consommation de pain ainsi qu'il est dit : «Tu mangeras, tu te rassasieras, et tu béniras Hachem ton D.ieu… » (Deutéronome 8, 10). L'obligation de réciter la bénédiction selon la Torah n'a lieu qu'après avoir été rassasié[1]. Cette bénédiction s'appelle bircat hamazone.

 

2. Cependant nos Sages ont institué de réciter la bénédiction après la consommation d'une quantité réglementaire d'un volume d'olive correspondant à 30 grammes de pain (cazayit) [2].

 

 

 

Nos Sages ont institué de réciter une bénédiction avant la consommation de tout aliment, de toute boisson ou de tirer profit des aromes.

Même pour une quantité infime, il faut réciter la bénédiction d'usage, avant de boire ou de manger.

D'autre part nos Sages ont institué de réciter une bénédiction après avoir mangé une quantité minimale de 30g et après avoir bu un volume minimal de 86ml[3] (reviit).

 

3. De même que l'on récite une bénédiction avant tout profit, ainsi on récite une bénédiction avant l'accomplissement d'une mitsva.

 

4. Il se trouve que nous avons 3 types de bénédictions: les bénédictions liées au profit, les bénédictions liées  aux mitsvot, et enfin les bénédictions d'éloge, qui sont un moyen de se  souvenir du Créateur, et de Le craindre[4].

 

5. Le prophète Ezra et son tribunal ont composé le texte de chaque bénédiction d'ordre rabbinique. Ce texte ne peut être modifié. Et quiconque ose le modifier ne fait que se tromper.

Pour être valable, une bénédiction doit comporter la mention du nom divin ainsi que la royauté de D.ieu dans le monde, sauf  si elle est juxtaposée à une autre bénédiction[5].

 

6. Toutes ces bénédictions peuvent être récitées en toutes les langues[6].

 

 

 

7. Toutes ces bénédictions doivent être prononcées à haute voix à tel point de pouvoir s'entendre[7].

 

8. La bénédiction doit être immédiatement suivie de la consommation.

Il ne doit pas s'écouler un intervalle égal au temps nécessaire pour saluer son maître par les mots שלום עליך מורי ורבי (La paix avec toi mon maître et mon éducateur).

Si ce temps s'est écoulé, en silence, il n'y a pas lieu de se reprendre.

S'il y a eu interruption par une parole sans rapport avec la bénédiction, il faut se reprendre.

Mais s'il y a eu interruption par des paroles en rapport avec la bénédiction, il ne faut pas se reprendre.

Exemple: Si une personne a récité la bénédiction  hamotsi  avant de manger du pain et avant de goûter prononce ces paroles : donnez moi du sel, etc. il n'est pas nécessaire de se reprendre, la bénédiction est a posteriori valide[8].

 

9. Avant de dire la bénédiction, il faut tenir dans la main droite la boisson ou l'aliment que l'on désire consommer, les aromes que l'on désire sentir[9]. Toutefois, si on a tenu l'objet de la bénédiction avec la main gauche, la bénédiction est valide.

 

10. Il est indispensable a priori que l'aliment ou la boisson objet de la bénédiction, soit présent devant nous au moment de la bénédiction[10].

 

 

Chapitre 2 : Bénédictions usuelles

 

  1. La bénédiction initiale pour les fruits de l'arbre est la suivante:

 

      בָּרוּךְ    / אַתָּה/    ה'     /    אֱלהֵינוּ  /     מֶלֶךְ   /     הָעולָם / בּורֵא/ פְּרִי /  הַעֵץ

        ha'éts  / péri /boré / ha'olam /mélékh /élohénou /Adonaï / ata /baroukh  

 

 

''Tu es source de bénédictions, Hachem, notre D.ieu, Roi de l'Univers, Qui crées le fruit de l'arbre''

 

 

La bénédiction initiale pour le vin ou jus de raisin est spécifique:

 

   בָּרוּךְ    / אַתָּה/    ה'     /    אֱלהֵינוּ  /     מֶלֶךְ   /     הָעולָם / בּורֵא/ פְּרִי /  הַגֶּפֶן /

haguéféne / péri /boré / ha'olam /mélékh /élohénou /Adonaï / ata /baroukh  

 

 

''Tu es source de bénédictions, Hachem, notre D.ieu, Roi de l'Univers, Qui crées le fruit de  la vigne ''

 

 

  1. La bénédiction initiale pour les fruits de la terre et légumes est la suivante:

 

      בָּרוּךְ    / אַתָּה/    ה'     /    אֱלהֵינוּ  /     מֶלֶךְ   /     הָעולָם / בּורֵא/ פְּרִי /  הַאָדַמָה

        haadama  /péri /boré /ha'olam /mélékh /élohénou /Adonaï/ ata /baroukh

 

 

''Tu es source de bénédictions, Hachem, notre D.ieu, Roi de l'Univers, Qui crées le fruit de la terre''

 

 

 

 

 

 

3. La bénédiction initiale pour les boissons (eau, jus de fruits, liqueurs, eaux de vie excepté le vin ou le jus de raisin) est la suivante:

 

      בָּרוּךְ    / אַתָּה/    ה'     /    אֱלהֵינוּ  /     מֶלֶךְ   /  הָעולָם / שֶהַכֹּל   /       נִהְיָה

    /nihya/ chéhacol /ha'olam /mélékh /élohénou /Adonaï/ ata /baroukh  

    /בִּדְבַרוֹ

  bidvaro

 

 

''Tu es source de bénédictions, Hachem, notre D.ieu, Roi de l'Univers, de tout ce qui a été créé par Sa parole''.

 

 

 

Note: Pour les aliments qui ne sont pas issus de la production de la terre, on récitera la même bénédiction.

(viande, oeuf, champignon etc.)

 

4. La bénédiction initiale pour les gâteaux dont la farine appartient à la catégorie des 5 céréales (blé, orge, avoine, seigle, épeautre) est la suivante:

 

      בָּרוּךְ   /  אַתָּה/    ה'     /    אֱלהֵינוּ  /     מֶלֶךְ   /     הָעולָם / בּורֵא/מִנֵי /מְזוֹנוֹת    

        mézonot /miné /boré / ha'olam /mélékh /élohénou /Adonaï/ ata /baroukh

 

 

''Tu es source de bénédictions, Hachem, notre D.ieu, Roi de l'Univers, Qui crées toutes espèces de nourriture''.  

 

 

Note: Pour les mets cuisinés à partir de céréales, ainsi que pour le riz, on récitera la même bénédiction initiale.  

 

 

 


[1] Maïmonide Lois sur les bénédictions chap. 1, 1

 

 

 

[2] Maïmonide Lois sur les bénédictions chap. 1, 2

 

 

 

[3] Maïmonide Lois sur les bénédictions chap. 1, 3

 

 

 

[4] Maïmonide Lois sur les bénédictions chap. 1, 4

 

 

 

[5] Maïmonide Lois sur les bénédictions chap. 1, 5

 

 

 

[6] Cf. Choul'hane 'Aroukh Ora'h 'Hayim 206, 3

 

 

 

 

[7] Idem Si la bénédiction a été récitée à voix basse, elle est a posteriori valable à condition d'avoir été prononcée par les lèvres.

 

 

[8] Maïmonide Lois sur les bénédictions chap. 1, 7

  Choul'hane 'Aroukh Ora'h 'Hayim 206, 3

  Michna Beroura 206, 12

 

 

[9]Choul'hane 'Aroukh Ora'h 'Hayim 206, 4  

 

 

[10] Idem 206, 5

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>