Imprimer cet article Imprimer cet article

Le jeûne d’Esther

68698

Temps estimé pour la lecture de cet article : 3 min

A l'époque de Mardochée et d'Esther, les juifs se sont rassemblés le 13 du mois d'Adar pour se défendre et tirer vengeance de leurs ennemis ; ils devaient alors demander miséricorde à D.ieu pour qu'Il leur vienne en aide.

Nous savons par ailleurs que lorsque les enfants d'Israël étaient en guerre, ils jeûnaient afin que Dieu leur vienne en aide.

Ainsi, Moïse notre maître jeûna le jour où il com­battit Amalek.

A l'époque de Mardochée et d'Esther, les juifs ont également jeûné le 13 du mois d'Adar. Pour cette raison, ce jour a été fixé par nos Sages comme étant un jour de jeûne public, qui est ap­pelé le jeûne d'Esther.

Le but de ce jeûne est de se souvenir que le Créateur voit et entend la prière de chaque homme dans la souffrance lorsqu'il jeûne et revient de tout son coeur vers D.ieu, et Celui-ci l’exauce comme Il l'a fait pour nos ancêtres à cette époque.

 Si Pourim tombe un dimanche, on avancera le jeûne au jeudi précédent.

 1-Quelles sont les personnes dispensées de ce jeûne ?

  •  Les femmes enceintes au-delà du troisième mois de grossesse. Cependant si une femme souffre de symptômes liés à son état – tels que vomissement, douleurs, faiblesse – elle sera dispensée de jeûner surtout après le quarantième jour de grossesse.
  • Les femmes qui allaitent.
  • Même les femmes qui ont arrêté d’allaiter, tant qu’elles n’ont pas dépassé les 24 mois après la naissance, sont dispensées de jeûner si elles ressentent une faiblesse.
  • Une femme qui a fait une fausse couche est dispensée de jeûner dans les 30 jours.
  • Une accouchée dans les 30 jours après la naissance est dispensée de jeûner.
  • Celui qui éprouve une lourde fatigue est dispensé de jeûner.
  • Toute personne âgée, dont l’état général est faible, est dispensée de jeûner et n’est pas autorisée à le faire.
  • Un malade dont l’état ne présente pas de danger est dispensé de jeûner.
  • Celui qui souffre des yeux est dispensé de jeûner. Cependant il devra compenser ce jeûne lorsque son état sera rétabli (c’est-à-dire jeûner le lendemain ou autre jour), sauf s’il a dû manger sur prescription du médecin, auquel cas il ne sera pas tenu de compenser ce jeûne.

2-Toute personne dispensée de jeûner devra-t-elle compenser ce jeûne ultérieurement ?

Les femmes enceintes ou qui allaitent, ou bien les malades même ceux dont l’état ne présente pas de danger sont dispensées de compenser ce jeûne.