Imprimer cet article Imprimer cet article

La fête de Pessa’h

préparatifs du seder de pessa'h

Temps estimé pour la lecture de cet article : 3 min

Préparatifs pour le Seder

1. Matsa chmoura :

On aura soin de se procurer au moins trois matsot chmourot, c'est-à-dire des matsot faites à la main  avec de la farine, dont le blé a été protégé de l’humidité après la moisson.

Chaque personne homme ou femme, devra consommer au moins 108 grammes par soirée, l’équivalent de quatre volumes d’olive (cazayit) soit quatre fois 27 grammes.

2. Quatre coupes de vin :

On aura soin de préparer la quantité suffisante de vin ou de jus de raisin, pour chaque convive, homme ou femme, quatre fois 81 ml soit l’équivalent de quatre fois reviit.

On choisira de préférence du vin rouge de bonne qualité, n’ayant pas subi de thermolyse.

3.  Le ‘harosset :

Pâte composée de fruits pilés et d’épices.

Il convient de le préparer avec des fruits auxquels est comparée la communauté d’Israël : des figues, des noix, des dattes, des grenades, des pommes.

On y ajoutera du vin et des épices semblables à de la paille (cannelle, gingembre) en souvenir de la paille qu’ajoutaient nos ancêtres dans le mortier qu’ils pétrissaient en Egypte dans leur servitude.

4. Zeroa et betsa :

Depuis la destruction du Temple, nos Sages ont institué que deux sortes de plats cuits devaient se trouver sur le plateau du séder. L’un en souvenir du sacrifice pascal, l’autre en souvenir du sacrifice offert pendant la fête (‘haguiga) qui ne pourra être consommé que le lendemain.

Il est d’usage, que l’un de ces deux plats soit de la viande d’épaule appelée zeroa, en souvenir de la  délivrance que D.ieu leur a accordée  avec un bras étendu (zeroa).

Ce plat est rôti en souvenir de l’agneau pascal qui était rôti au feu.

Le second plat sera un œuf  bouilli, en souvenir de  la destruction du Temple.

5.  Maror, carpass et ‘hazeret

Les herbes amères ou maror, ’hazeret (laitue, endives ou raifort) ainsi que le céleri ou carpass, devront être minutieusement examinés de toute trace d’insectes, la veille de la fête.

6.  Fauteuil pour s’accouder

Chez les anciens, les hommes libres avaient l’habitude de prendre leur repas  étendus, couchés sur la gauche.

C’est pour rappeler cette liberté acquise dans cette soirée de délivrance, que nous consommons les quatre coupes de vin ainsi que la matsa, en s’accoudant sur la gauche.

On préparera donc son fauteuil dans la mesure de ses possibilités, de façon que l’on puisse s’accouder aisément sur la gauche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>