Imprimer cet article Imprimer cet article

Le mois de Tevet

10-tevet

Temps estimé pour la lecture de cet article : 3 min

בס"ד

Le nom de ce mois, le dixième de l'année en comptant à partir de Nissan, est mentionné dans le livre d'Esther, chapitre 2, 16 : Esther fut conduite au Roi Assuérus dans son palais royal, le dixième mois qui est le mois de Tévet.

MOIS D'ÉPREUVES ET DE PEINES

La tradition nous apprend que trois événements tristes se sont produits en Tévet, et en conséquence trois jeûnes y ont été fixés : le 8, le 9 et le 10 du mois. Les deux premiers, appelés jeûnes des Tsaddikim, ne sont observés que par des volontaires; le 10 est un jeûne public (Taanit Tsibour).

Le 8 Tévet est le jour funeste (à certains égards tout au moins) où la Torah fut traduite en grec, sur ordre de Ptolémée II (Philadelphos) roi d'Egypte, dont dépendait la province de Judée à cette époque (3° siècle avant l'ère chrétienne). Ce jour-là, est-il dit dans Méguillat Taanit, fut aussi funeste pour Israël que celui où fut fabriqué le veau d'or. Effectivement les Juifs d'Égypte se réjouirent beaucoup de la facilité qui leur fut donnée ainsi de lire la Torah en traduction  grecque; mais ils finirent par oublier leur attachement a la croyance de  leurs ancêtres, et s'hellénisèrent rapidement!

Le 9 Tevet est  le jour anniversaire de la mort d'Ezra et de Néhémie selon la même  tradition (Méguilat Ta'anit).

 Enfin le 10 Tévet a été institué par les prophètes comme jeûne public parce que ce jour־là, Nabuchodonosor, Roi de Babylone, commença a investir   Jérusalem, qui fut prise d'assaut un an et demi plus tard.

Une autre épreuve a frappé le peuple d'Israël au cours de ce mois. Selon la tradition, c'est le 1er Tévet que le Roi de Babylone emmena en captivité le Roi Joïachim (avant-dernier roi de Juda) et avec lui, l'élite du peuple, dix mille exilés en tout (parmi eux, Mardochée comme nous lisons dans le chapitre II du Livre d'Esther).

 C'est le 23 Tévet qu'eut lieu en l'an 5258, l'expulsion des Juifs du Portugal, quelques années seulement après celle des Juifs d'Espagne (9 Av 5252). Une minorité d'entre eux accepta le baptême pour la forme et continua à pratiquer en secret les lois de la Torah.